Accueil » Archives pour Marie-Hélène Bernard

Auteur : Marie-Hélène Bernard

Mouvement pour un régime public et universel d’assurance médicaments

Au Québec, il y a encore de nombreuses personnes qui ne prennent pas leurs médicaments pour des raisons financières et leur proportion est croissante. Entre 2013 et 2016, elle est passée de 5% à 9%. Le coût des médicaments est extrêmement élevé au Québec, parmi les plus élevés des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Agir pour réduire les coûts est une priorité. Avec un régime entièrement public d’assurance médicaments, le Québec économiserait de 1 à 3 milliards de dollars annuellement.
Sans assurance médicaments publique et universelle, notre système de santé est incomplet et injuste. Pour assurer l’accès équitable aux médicaments, améliorer les résultats en santé et réaliser des économies potentielles de plusieurs milliards, exigeons ensemble une assurance médicaments 100% publique et universelle. L’APRFAE vous invite à appuyer ce mouvement, en y ajoutant votre voix!

La Planète s’invite au parlement

L’union fait la force. L’enjeu est capital, et le temps, compté.

La Planète s’invite au parlement est une collectif formé de citoyennes et de citoyens bénévoles qui ont décidé de mettre leurs forces en commun. Il s’agit d’un groupe indépendant, non partisan, mû par sa seule volonté d’inciter nos gouvernements à prendre les mesures nécessaires pour répondre à l’urgence climatique et, surtout, par celle de redonner espoir à la population grâce à la mobilisation citoyenne.

Le 10 novembre, venez en grand nombre demander au gouvernement de :

1- Reconnaître que l’urgence climatique et la protection de la biodiversité sont les plus grands défis de notre époque et sensibiliser l’ensemble de la population à ce sujet;

2- Développer un plan climatique qui respecte les cibles exigées par le GIEC, c’est-à-dire réduire les émissions de GES d’au moins 45% d’ici 2030 (par rapport au niveau de 2010) et les éliminer complètement d’ici 2050. Présenter à la population un rapport annuel détaillé sur l’atteinte de ces cibles;

3- Interdire tout nouveau projet d’exploration ou d’exploitation des hydrocarbures, et mettre un terme à toutes les subventions directes ou indirectes aux combustibles fossiles.

Participez à cette marche si, vous aussi, vous considérez que nous faisons maintenant face au plus grand défi qu’ait jamais connu l’humanité. Notre avenir est entre nos mains.

Semaine des proches aidants

Proclamée « Semaine nationale des proches aidants » par le gouvernement du Québec, la 1ère semaine de novembre représente une occasion de saluer le courage et le dévouement de toutes les personnes qui s’occupent d’un proche qui vit une perte d’autonomie. On souhaite ainsi:

– Mettre en valeur le rôle des proches aidants
– Sensibiliser la population et les pouvoirs publics au rôle et aux besoins des proches aidants
– Soutenir les intérêts des proches aidants au Québec.

Au Québec, environ 1,6 million de personnes sont concernées par ce phénomène. De ce nombre, 58 % sont des femmes. Des maisons de répit supplémentaires et la bonification de certains crédits d’impôt pourraient faire partie des solutions afin de mieux soutenir les aidants naturels.

En attendant, l’APRFAE salue l’engagement de ces personnes, en leur souhaitant de prendre un peu de temps pour elles-mêmes! 

Le Canada toujours parmi les 10 pays offrant les meilleurs systèmes de retraite

Publié à chaque année, l’Indice Melbourne Mercer des régimes de retraite dans le monde est utilisé par les décideurs afin de trouver un juste équilibre entre les montants de pensions versés et la viabilité à long terme de ces programmes.  De plus, une nouvelle réalité s’invite dans le débat entourant la qualité des régimes de retraite, à savoir la « couverture », c’est-à-dire la proportion de la population adulte bénéficiant de ces régimes. Il faut que ces programmes réussissent à rejoindre tout le monde pour que chaque travailleur se constitue une épargne suffisante pour l’avenir.

Chaque régime de retraite est évalué à l’aide d’une quarantaine d’indicateurs, regroupés en trois sous-indices que sont la performance, la viabilité et l’intégrité. Le Canada arrive en 10ème place cette année, avec une note totale de 68. Il obtient 56 pour l’indice de viabilité, ce qui indique une certaine vulnérabilité à cet effet. Les Pays-Bas remportent la première place avec un score total de 80,3 alors que des pays comme le Pérou et l’Espagne intègrent le palmarès pour la première fois.

Pour lire le communiqué de presse de Mercer, cliquez ici.

Debout pour l’école!

Suite au succès de la Semaine pour l’école publique, il allait de soi de continuer sur cette voie en appuyant le mouvement Debout pour l’école !

Ce collectif citoyen entend faire pression sur les décideurs des politiques éducatives pour qu’ils aillent dans le sens de ses revendications. Issues de recherches, de rapports et des aspirations de mouvements citoyens des dernières décennies, celles-ci s’appuient sur l’idéal d’une société réellement démocratique et favorisant la justice sociale.

Une pétition est en ligne, adressée au ministre de l’éducation. On demande entre autres de diminuer les ratios enseignants/élèves, diminuer la précarité, améliorer les conditions d’exercice des intervenants dans les écoles. Pour connaître les autres revendications et appuyer ce mouvement, nous vous invitons à signer la pétition, et à partager l’information!

Pour signer la pétition, c’est ici.

Semaine pour l’école publique – Édition 2018

La 9e Semaine pour l’école publique est lancée! Pour une deuxième année, le porte-parole Philippe Laprise invite la population québécoise à célébrer et à soutenir l’école publique à travers différents événements rassembleurs. Le jeudi 4 octobre, le vendredi 5 octobre, le mardi 9 octobre et le mercredi 10 octobre, Philippe Laprise ira visiter plusieurs écoles et centres dans les régions de l’Outaouais, de Montréal, de Laval et des Basses-Laurentides. À cette occasion, il encouragera les élèves, leurs enseignantes et enseignants, ainsi que tous les personnels en éducation à célébrer leur école publique. Grâce à différentes activités prévues lors de chaque visite, Philippe Laprise prendra connaissance de nombreux projets stimulants qui sont mis sur pied dans différents milieux et il aura droit à quelques surprises!

Pour voir l’horaire des activités, cliquez ici!

Journée internationale des aînés

1er octobre 2018

Le thème « Partenaires pour un mieux-vivre » a été retenu cette année pour souligner l’importance d’associer les personnes aînées dans les projets et décisions sur les enjeux qui les concernent. En cette époque marquée par l’individualisme, cette initiative permettra peut-être d’en arriver à des rapports de coopération et de réciprocité entre les générations, élément essentiel pour redonner une voix aux personnes âgées sur ces questions.
En guise de contribution à cette journée spéciale, nous vous proposons une réflexion sur la représentation de la vieillesse dans les médias et la société. Vous y trouverez également une description de certains mythes au sujet de la vieillesse, qui entretiennent l’âgisme.

Lire l’article

Élection 2018

Nous vous invitons à visiter notre plateforme Élection 2018. Vous y trouverez, regroupées en un seul endroit, les principales mesures touchant les aînés proposées par les quatre grandes formations politiques dans le cadre de la présente campagne électorale. Des mises à jour seront faites régulièrement. Revenez nous voir!

Pour voir cette plateforme, cliquez ici

Pour voir le comparatif des propositions liées à l’éducation, préparé par la FAE, cliquez ici.

Les milléniaux et la vieillesse

Selon un rapport publié par la Royal Society for Public Health (RSPH), les milléniaux auraient une vision particulièrement négative de la vieillesse. Ainsi, une grande proportion des 18-34 ans considère que la solitude et la démence sont inévitables durant la vieillesse, et qu’il serait aussi normal d’être déprimé. 

Cette attitude aurait des conséquences directes sur la santé même de ceux et celles qui la véhiculent, réduisant leur espérance de vie jusqu’à 7.5 ans! Ce phénomène s’explique par le fait qu’une perception négative du vieillissement sera marquée, entre autres, par un risque accru de dépression et d’anxiété et une faculté réduite de guérison. 

Rappelons que les milléniaux, appelés aussi génération Y, sont les personnes nées entre 1980 et 2000. Cette partie de la population aurait une propension marquée à l’âgisme. L’âgisme consiste en diverses formes de discrimination, de ségrégation et de mépris à l’encontre des personnes âgées et est souvent inconscient. Une approche plus constructive serait de s’attarder à l’expérience des personnes âgées : expériences passées, à venir, et partage avec les générations suivantes.

Pour consulter l’étude, cliquez ici. Bien que le texte soit en anglais, nous considérons qu’il est pertinent de vous le présenter. Il semblerait que l’âgisme transcende plusieurs barrières, dont celle de la langue!

Reconnaître les abus envers les aînés

L’ONU a désigné le 15 juin Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées. Ces personnes ont le droit de vivre dans la dignité, en sécurité et sans aucune forme d’abus.

La violence envers les personnes aînées est généralement taboue et est souvent absente des programmes de prévention de santé publique. Au Québec, le Plan d’action gouvernemental 2017-2022 pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées nous permettra certainement de faire avancer les choses.

Mais la prévention de cette violence passe avant tout par une meilleure connaissance du phénomène. Il faut d’abord mentionner que les types de violence sont diverses, de la négligence à l’exploitation financière, en passant par l’abus physique, ou même sexuel. Aussi, les agresseurs proviennent le plus souvent de l’entourage immédiat de la victime. Ce peut être un membre de la famille, ou une personne attitrée aux soins.

Voici donc des signes qui nous indiquent que quelque chose ne va pas. Il faut surtout repérer, chez les victimes, les changements de comportement.

Par exemple :

  • L’apparition de signes de dépression ou d’anxiété;
  • Une attitude craintive en présence de certaines personnes;
  • Un comportement soudainement passif ou docile;
  • Des blessures physiques inexpliquées;
  • Le manque de nourriture ou autres biens de première nécessité;
  • Le fait de s’isoler socialement (diminuer les contacts avec des personnes de qui elles étaient proches par le passé);
  • Changement dans les habitudes d’hygiène;
  • Changement dans les habitudes alimentaires;
  • Problèmes de sommeil;
  • Être incapables de respecter leurs obligations financières;
  • Faire des retraits inhabituels de leur compte à la banque.

Malheureusement, cette liste est incomplète.

Mais comme les préjugés envers les « seniors » ne manquent pas, nous avons tendance à banaliser l’apparition de ces signes et à minimiser leurs propos lorsqu’ils nous font part d’une situation abusive. Ces symptômes sont souvent passés sous silence, car ils sont alors associés au processus de vieillissement normal : « C’est normal de devenir craintif avec l’âge » ou « elle n’aime pas son nouvel environnement, normal d’avoir du mal à s’adapter à ce contexte, n’importe qui déprimerait». Les stéréotypes ne manquent pas quand il s’agit de décrire les personnes âgées. Ce qui rend le phénomène encore plus difficile à détecter est que les victimes sont parfois incapables de communiquer clairement, soit par l’apparition de troubles du langage durant la vieillesse, ou de maladies telles que l’Alzheimer ou la démence.

Ne pas prendre en considération ces signes constitue une forme de négligence et les conséquences de la maltraitance sur les individus peuvent être très graves, diminuant l’espérance de vie de ces personnes.

Vous pensez qu’un membre de votre entourage est victime d’abus? Contactez la ligne Aide Abus Aînés au 514-489-2287 ou au 1-888-489-2287